Présentation

Présentation de Maître Julien ZETLAOUI

Maître Julien ZETLAOUI

« L’administration judiciaire n’est pas qu’un métier, c’est une vocation »
Titulaire d’un Master 2 spécialisé en droit des affaires (MAJE Commerce & Finance), d’un diplôme de gestion de l’entreprise délivrée par le Conservatoire Nationale des Arts et Métiers et d’un Diplôme Universitaire de Droit des Entreprises en Difficultés obtenu à la faculté Toulouse-Capitole, Julien Zetlaoui est entré dans la profession en 2007.

Il a exercé pendant plus de 11 années en qualité de collaborateur et a traité plusieurs centaines de dossiers concernant des entreprises de tous domaines d’activité et de toutes tailles.

Après avoir passé avec succès l’examen d’accès au stage professionnel puis l’examen d’aptitude à la Profession d’administrateur judiciaire, Maître Zetlaoui a prêté serment en 2018 auprès de la Cour d’Appel d’Orléans.

Julien ZETLAOUI a  dispensé des cours et des interventions à la faculté de droit de TOURS pendant 6 ans.
Il a rédigé un mémoire sur « la contractualisation des plans en comités de créanciers : opportunités et incertitudes ».

@julien-zetlaoui-aj

Ma vision du métier ?

Tout comme un être humain tombera inexorablement malade plusieurs fois au cours de sa vie, les difficultés d’une entreprise, quelle que soit leur gravité, sont malheureusement inévitables au cours de la vie d’une entreprise.

La défaillance, si elle est prise suffisamment tôt, n’est pas un échec, mais peut-être une étape dans la vie d’une entreprise. Je crois sincèrement dans le droit à l’erreur et le droit au rebond. Le droit des entreprises en difficulté français (Livre 6 du code de commerce) offre de merveilleux outils pour aider les chefs d’entreprise à surmonter un cap difficile, se restructurer et repartir sur de nouvelles bases plus saines. 

En ma qualité d’administrateur judiciaire, il est de mon rôle d’aider les chefs d’entreprise à utiliser les bons outils qui s’offrent à eux, de les conseiller, et de m’assurer que tout sera mis en œuvre pour préserver l’activité économique et l’emploi.

Véritable « médecin-urgentiste » de l’entreprise en souffrance, l’administrateur judiciaire est avant tout un homme de terrain qui doit agir vite, avec précision, tact et rigueur, pour concilier plusieurs intérêts en présence. Principal objectif : le sauvetage de l’entreprise et de ses salariés. 

Ce sauvetage doit cependant être raisonné et ne pas conduire à un effet pervers où l’entreprise en difficulté, qui n’est en réalité plus sauvable, se retrouve maintenue en vie artificiellement au détriment de son environnement économique. En qualité de mandataire de justice, il m’appartient également de tout faire pour prévenir un « effet domino » de la défaillance.

Quelle que soit la taille de l’entreprise, je m’attache à tout mettre en œuvre pour accompagner et trouver des solutions à la crise que l’entreprise traverse. Pour autant, il me tient à cœur de ne pas faire perdurer une situation irrémédiablement compromise et j’attache ainsi également une grande importance à le faire comprendre au chef d’entreprise le moment venu.

« L’échec est l’épice qui donne sa saveur au succès » Truman Capote